Soutenez le PS

Adhérez au PS

Premier tour de la présidentielle: la gauche progresse au Royaume-Uni

Au lendemain du 1er tour, au Royaume-Uni, et même à Londres, je constate que les résultats sont favorables à la famille politique de gauche. Au point que l’écart entre la gauche et la droite se soit inversé en faveur de la gauche depuis les dernières élections présidentielles de 2007. Cette progression est d’ailleurs notable à l’échelle mondiale, puisqu’elle se vérifie dans 6 des 11 nouvelles circonscriptions législatives créées à l’étranger. Les Français de Londres, ville considérée comme terre d’élection de Nicolas Sarkozy et symbole de la campagne du candidat en 2007, ont voté majoritairement à gauche…

Résultats 1er tour présidentielle – Royaume-Uni

Si Nicolas Sarkozy est arrivé en tête à Londres, comme en 2007, avec 39% des voix contre 32% pour le candidat socialiste, le total des voix de gauche y est désormais légèrement supérieur aux voix de droite (45% contre 44% soit… 97 voix de différence !). C’est une première. François Hollande a été devancé au bureau de South Kensington, mais les résultats du centre de vote de Kentish Town, qui rassemble tous les Français du nord et de l’est de Londres, le donnent en tête avec 39% des voix, contre 29% pour N. Sarkozy. Là aussi, il s’agit d’une situation inédite.

Au Royaume-Uni dans son ensemble, la tendance est plus marquée encore. Nicolas Sarkozy est à 36% (-3 points par rapport à 2007), François Hollande à 33% (+3 points par rapport à 2007), et la gauche devance la droite à 46% contre 40%, avec 13% de voix réservées au centre.

Succès relatif

Si ces chiffres sont, à mes yeux, encourageants, le succès reste relatif. D’abord parce que le taux de participation est bas. Ensuite parce que la tendance majoritaire est inversée par rapport aux résultats nationaux qui placent François Hollande en tête. Enfin parce que de nombreux électeurs ont rencontré des difficultés pour voter ; il faut espérer que la logistique mise en place pour le second tour permettra une évaluation plus exacte des préférences politiques de l’électorat français au Royaume-Uni. Malheureusement, de nombreux citoyens resteront, -à défaut de vivre près d’un centre de vote ou d’avoir la possibilité de se déplacer-, privés de leur droit de vote. Le redécoupage électoral au Royaume-Uni et le doublement du nombre de bureaux de vote ont permis de quadriller plus étroitement le territoire, mais sans que les principaux intéressés en soient directement informés avec suffisamment de préavis. De nombreuses personnes ont ainsi reçu une convocation très tardive leur enjoignant d’aller voter dans un bureau ne correspondant pas à un rattachement géographique logique – j’ai reçu des témoignages en ce sens en provenance de Norwich, Brighton, Manchester ou encore Southampton.

Ce dimanche 6 mai 2012, et quoi qu’en disent les sondages, l’élection pourrait être serrée, particulièrement en Europe du Nord. Pendant les derniers jours de la campagne présidentielle, le ton s’est durci en France et la tension est montée, notamment du fait du score élevé du Front National sur le territoire français. Interviewée par Jeremy Paxman, j’ai dénoncé avec fermeté ces dérives à Newsnight (mettre lien), le magazine politique de la BBC. Heureusement, le Front national ne perce pas chez les Français de l’étranger. Au contraire : j’en viens à penser que les dérives de Nicolas Sarkozy les font fuir. Etrangers dans leur pays d’accueil, les Français que je rencontre ont développé un esprit de tolérance qui leur fait honneur et explique sans doute largement le score très bas du Front national dans la circonscription (3%).

Mais à l’exception de l’extrême-droite, la sociologie électorale à l’étranger semble suivre de plus en plus les grandes tendances nationales : représentation de toutes les composantes de la gauche, baisse significative du vote centriste, progression du candidat socialiste, baisse de la droite républicaine. Il reste à voir comment ces tendances se confirmeront le 6 mai. La bataille sera serrée, et toutes les voix compteront.

Axelle Lemaire

Secrétaire de la section de Londres, candidate du Parti Socialiste dans la troisième circonscription « Europe du Nord » des Français de l’étranger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.