Soutenez le PS

Adhérez au PS

Egalité homme – femme – La section PS de Londres toujours au rendez-vous !

Le 8 mars dernier, nous avons évoqué, en réunion de section, les actions du gouvernement de Jean-Marc Ayrault en faveur de l’égalité homme – femme, et partagé des chiffres inquiétants sur la condition des femmes dans le monde. L’Europe est touchée par ces inégalités, et ce de manière préoccupante : les effets de la crise, associés aux politiques d’austérités des gouvernements conservateurs, ont eu des répercussions très préjudiciables sur les femmes.

Les données récentes de la commission européenne ont montré que 17,1% des femmes  vivaient sous le seuil de pauvreté. Ce taux est de 14,8% pour la France et de 17,8% pour le Royaume uni, des taux plus élevés que ceux relevés auprès de la population masculine.

De nombreux rapports ont mis en évidences que les femmes sont davantage exposées à la précarité de l’emploi et à la pauvreté :

  • Le chômage féminin persiste, et les emplois à temps partiel sont occupés à une majorité par des femmes.
  • Les moins qualifiées d’entre-elles sont victimes de discriminations particulièrement pénalisantes.
  • Elles sont aussi moins couvertes par les systèmes de protections sociales à cause des coupures dans les budgets publics.
  • Le risque de précarisation est encore plus important chez les mères isolées.

Il nous est impossible de tolérer une telle régression. Face à ces situations, la section PS de Londres continue de se mobiliser et de s’engager dans la lutte pour l’égalité des sexes au niveau national et européen.

Au niveau national, la section continue de relayer et de soutenir les actions du gouvernement de J.M Ayrault, et notamment celle de la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem,  qui a présenté en conseil des ministres le 3 juillet dernier un projet de loi unique contenant des mesures décisives en matière d’égalité professionnelle, des garanties contre les pensions alimentaires impayées, une protection pour les femmes victimes de violences et une généralisation de la parité.

C’est un projet de loi à la hauteur de l’urgence et une occasion pour le ministère des Droits des femmes de donner à l’égalité les moyens de son application, car comme Najat Vallaud-Belkacem l’a souligné,  «les inégalités sont partout, nous devons agir partout».

 

Au niveau européen, nous soutenons les propositions communiquées en juin par notre partenaire, le parti socialiste européen (PSE), qui regroupe les partis socialistes, sociaux-démocrates et travaillistes d’Europe, lesquels disposent d’une organisation pour les femmes (PSE Femmes).

Une des revendications majeures du PSE Femmes est de réinscrire la lutte contre l’écart salarial parmi les priorités de l’agenda politique européen. Cette revendication est accompagnée des propositions suivantes :

  • La mise en place d’un système d’audit de l’écart salarial entre les hommes et les femmes afin de s’assurer que tous les États membres prennent des mesures pour réduire cet écart salarial de 2 % par an jusqu’à ce que l’égalité soit atteinte dans chaque pays.
  • L’amélioration du suivi de la mise en œuvre de la législation en matière de lutte contre la discrimination et pour l’égalité entre les femmes et les hommes, notamment par l’application de sanctions claires et dissuasives.
  • La nomination d’un commissaire européen en charge de l’égalité entre les hommes et les femmes et du respect des droits de la femme, qui se consacrerait pleinement à cette mission dès 2014.

 

Enfin, au Royaume uni, nos amis du parti travailliste ont dénoncé avec vigueurs les stéréotypes archaïques dont les femmes sont encore victimes. Ed Miliband, leader du parti travailliste, a déclaré lors d’un discours en juin dernier que l’égalité homme-femme ne peut se faire qu’à travers un changement structurel et culturel de la société britannique. Il s’agit pour nous comme pour le parti travailliste d’une des plus grandes causes de notre siècle.

En premier lieu, ce changement passe par une meilleure représentativité des femmes au parlement. Il a effectivement précisé que 33% des parlementaires travaillistes sont des femmes (vs.3% en 1982 et 25% des élus existants, tous partis confondus) ; une progression qui se rapproche de l’objectif des 50% et qui a permis de mettre au premier plan l’injustice faite aux femmes dans un pays où les coupures budgétaires imposées par le gouvernement conservateur de David Cameron touchent trois fois plus les femmes que les hommes.

Toutefois, Ed Miliband a tenu à rappeler que  « bien qu’il faille un leadership politique, la politique est trop importante  pour être simplement  laissée aux politiciens.» Il est donc de la responsabilité de chacun pour que ce changement ait lieu.

 

Les  partis de Gauche en Europe  se sont engagés à mettre en place de véritables plans d’actions. Si ceux-ci sont votés et appliqués, ils permettront de changer le quotidien de millions de femmes et de réduire l’impact dévastateur des politiques d’austérités.

Historiquement, la Gauche a toujours agi pour le progrès de la parité et la fin des inégalités homme-femme, des déséquilibres préoccupants. La lutte contre les inégalités constitue non seulement un levier de sorti de crise, mais aussi un devoir morale que la gauche européenne et unie a tenu à inscrire encore une fois au cœur de son programme.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.