Soutenez le PS

Adhérez au PS

Grand Débat National et cahier de doléances

À l’occasion du Grand Débat national, la section PS de Grande-Bretagne a tenu à participer pleinement à cet exercice citoyen. Fidèles à notre héritage social-démocrate, il nous a paru essentiel de favoriser l’échange et le dialogue en cette période de vives tensions.

Si nous nous sommes félicité∙es que le député de la circonscription ait pris l’initiative de lancer des débats au Royaume-Uni, nous nous sommes inquiété∙es du caractère vertical de leur organisation sous son patronage, et des faibles garanties d’indépendance et de neutralité dans leur animation. C’est ce que les élu∙es de gauche au Conseil consulaire de Londres ont pris la peine d’exprimer dans une lettre ouverte au député.

C’est aussi pour cela que la section PS a pris l’initiative d’organiser elle-même une réunion ouverte à tous∙tes les Français∙es dans le cadre du Grand Débat le 21 février. Nous remercions toutes celles et tous ceux qui y ont participé et qui ont contribué à un débat riche et stimulant. Les deux Conseillers consulaires présents, Frédéric Fournier et Samy Ahmar, en ont fait la restitution ci-dessous, qui a été mise en ligne sur la plateforme du Grand Débat.

La section a aussi apporté son soutien à l’initiative lancée début février par l’association Français du Monde-ADFE au Royaume-Uni, et son président Mickaël Dampuré, qui ont ouvert un Cahier de doléances en ligne pour recueillir la parole de nos concitoyens.

Les doléances ont été publiées sur le site de l’association de façon anonyme et feront l’objet de restitutions auprès du Conseil consulaire.

 


◊ Restitution du Grand Débat organisé par la section PS de Grande-Bretagne le 21 février 2019 ◊

 

Comment la réunion s’est-elle passée ? Décrivez en quelques lignes le déroulement et l’ambiance de votre événement

La réunion s’est déroulée dans une ambiance studieuse et respectueuse, dans une salle privative au Nord de Londres. Bien que la section locale du parti socialiste ait été à l’origine de l’évènement, les participants venaient d’horizons politiques divers. Deux élus locaux de la liste d’union de la gauche ont participé à l’animation du débat, bien que dans l’ensemble celui-ci se soit déroulé sans avoir besoin de présidence ou de modération, mais plutôt de manière spontanée et organique. Toutes les personnes présentes ont pris la parole à plusieurs reprises et sur plusieurs sujets. Les thématiques les plus débattues ont été la fiscalité et la transition écologique. A peu près une heure a été consacrée à chacun de ces sujets. La dernière demi-heure a porté sur la démocratie et la citoyenneté.

Quels ont été les constats ou les diagnostics exprimés sur les thèmes du débat ? Quelles sont les propositions qui ont émergé des discussions ?

Sur la fiscalité, plusieurs interventions ont fait état de la légitimité des revendications des gilets jaunes quant à la nature profondément dégressive du système fiscal en France. « L’écologie, tout le monde est d’accord à partir du moment tout le monde paie selon ses moyens ». Un participant a même avoué qu’il serait disposé à payer plus d’impôts à condition que celui-ci soit transparent et juste. Les symboles de la présidence Macron, avec la suppression des APL et de l’ISF et l’augmentation d’un impôt dégressif sur les carburants, ont nourri une colère légitime et qui doit faire réfléchir.

Des avis plus réservés ont été émis en revanche sur les incohérences du mouvement. Pourquoi 70% des Français sont contre le prélèvement à la source alors que celui-ci fonctionne ailleurs ? Les Français sont-ils lucides ou suffisamment « éduqués » sur la générosité du système de redistribution en France ?

Un commentaire a aussi fait état de la spécificité géographique française, qui de part sont extrême centralisation et la diminution des services publics depuis plusieurs décennies, fait que les provinces éprouvent un sentiment d’isolement et de désarroi croissants.

L’idée de fusionner la CSG et l’impôt sur le revenu avec un barème progressif a été émis pour en faire un grand impôt citoyen, juste et transparent, sans pour autant augmenter la masse de prélèvements et le fameux « ras-le-bol fiscal ».

Sur l’environnement, une longue discussion s’est déroulée en deux parties : d’abord sur une vision globale du défi du changement climatique et des tendances qui l’accompagnent – notamment les migrations qui ne feront qu’augmenter dans les prochaines décennies – puis sur une déclinaison plus nationale et locale de la problématique.

De nombreuses propositions ont été émises, notamment sur les « villes intelligentes » qui permettent de réguler les flux de véhicules et limiter les émissions carbones, en notant que ces mesures sont assez largement soutenues par l’opinion publique à l’exception de quelques groupes d’influence. La fiscalité écologique des entreprises est une piste qui a aussi été discutée favorablement, ainsi que l’exploitation des circuits courts pour favoriser l’agriculture bio. Il a par ailleurs été noté que la mesure du gouvernement Philippe de supprimer l’aide au maintien des producteurs convertis au bio ne va pas du tout dans ce sens.

Enfin, la proposition du RIC a été débattue, en soulignant que des garde-fous étaient nécessaires si elle devait être mise en place, comme souligné dans le rapport Terra Nova. La réforme constitutionnelle ajournée en 2018 et le passage à la proportionnelle ont aussi permis de lancer une discussion comparative entre le système de représentation français et celui qui est en place au Royaume-Uni, avec pour point central les avantages et les inconvénients du lien entre le député et ses administrés.

Des avis divers, voire opposés, se sont-ils exprimés ?

Des avis divergents ont été exprimés particulièrement sur la fiscalité. Certains voient dans la colère des gilets jaunes une critique juste de la dégressivité de la fiscalité en France, tandis que d’autres fustigent ces arguments en comparant favorablement la France a ses voisins européens sur le plan de la justice sociale.

Frédéric Fournier et Samy Ahmar, conseillers consulaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.